Technique

  1. Feu & Incandescent

    Feu & Incandescent

    INDICES DE PROTECTION

    L’indice de protection (I.P.) caractérise le degré de protection des luminaires contre la pénétration de corps solides et la pénétration de l’eau conformément à la norme NF EN 60.529.

    IP, valeur du premier chiffre (corps solides):

    0 = pas de protection.
    1 = protection contre la pénétration de corps solides> 50 mm
    2 = protection contre la pénétration de corps solides> 12,50 mm
    3 = protection contre la pénétration de corps solides> 2,50 mm
    4 = protection contre la pénétration de corps solides> 1 mm
    5 = protection contre la pénétration de la poussière.
    6 = étanche à la poussière.

    IP, valeur du second chiffre (corps liquides):

    0 = pas de protection.
    1 = protection contre la chute verticale de gouttes d’eau
    2 = protection contre la chute verticale de gouttes d’eau jusqu’à 15° de la verticale
    3 = protection contre la chute verticale de gouttes d’eau jusqu’à 60° de la  verticale (pluie)
    4 = protection contre les projections d’eau dans toutes les directions.
    5 = protection contre les jets d’eau dans toutes les directions, à la lance.
    6 = protection contre les jets d’eau puissants, assimilables aux paquets de mer dans toutes les directions, à la lance.
    7 = Immersion temporaire.
    8 = Immersion prolongée à une profondeur indiquée par le constructeur.
    L’indice de protection (I.K.) caractérise le degré de protection des luminaires contre les impacts mécaniques externes conformément à la norme NF EN 50.102.

    IK, valeur des deux chiffres (chocs mécaniques):

    0 = pas de protection.
    01 = protection contre un choc de O,15 joules.
    02 = protection contre un choc de 0,2 joules.
    03 = protection contre un choc de 0,35 joules.
    04 = protection contre un choc de 0,5 joules.
    05 = protection contre un choc de 0,7 joules.
    06 = protection contre un choc de 1 joules.
    07 = protection contre un choc de 2 joules.
    08 = protection contre un choc de 5 joules.
    09 = protection contre un choc de 10 joules.
    10 = protection contre un choc de 20 joules.
    C’est-à-dire l’énergie d’une masse de 2 Kg tombant de 1 mètre.

    FEU ET FIL INCANDESCENT

    Le comportement au feu d’un luminaire est caractérisé par le résultat de l’essai au fil incandescent décrit dans la CEI 60.695-2-10.

    L’essai au fil incandescent ne s’applique pas aux parties externes de luminaires constitués de métal, de verre ou de céramique.

    En ERP (Etablissement Recevant du Public), le comportement au feu d’un luminaire est en conformité par rapport aux normes de la série NF EN 60598 le concernant. La norme NF EN 60598 en vigueur à la date de mise en œuvre du dernier arrêté concernant les ERP stipule que les parties externes du luminaire doivent satisfaire au test au fil incandescent à 650°C.

    En IGH, selon les prescriptions du règlement UTEC 12 O61 (textes officiels relatifs à la sécurité contre l’incendie dans les immeubles de grande hauteur ) :
    – dans les circulations horizontales et escaliers, l’enveloppe du luminaire et ses bornes de raccordement doivent résister au test du fil incandescent à 960°C

    – dans les autres locaux, l’enveloppe du luminaire, ses diffuseurs et ses profils d’occultation doivent résister au test du fil incandescent à 750°C

    TEMPÉRATURE DE FONCTIONNEMENT

    Nos luminaires sont conçus pour être employés et donc fonctionner à une température ambiante de +-25°.

    Tout fonctionnement à une autre température est possible, mais sera susceptible de réduire la durée de vie des lampes et des composants électroniques des luminaires.

    Notre bureau d’études se tient à votre disposition pour toutes études de cas particuliers.

    PROTECTION DES PERSONNES CONTRE LES CHOCS ÉLECTRIQUES, SELON LA NORME EN 60.598.

    Classe I
    C’est un matériel possédant une isolation fonctionnelle avec mise à la terre des masses métalliques pouvant être mises accidentellement sous tension.
    Classe II
    C’est un matériel possédant une double isolation ou une isolation renforcée des parties actives, sans mises à la terre des masses métalliques.

  2. Luminaire Définitions

    Luminaire définitions

    FLUX LUMINEUX
    C’est la quantité de lumière émise en une seconde par une source lumineuse. Le lumen est l’unité retenue. (lm)

    COURBE PHOTOMÉTRIQUE D’UN LUMINAIRE
    Est la représentation graphique en coordonnées polaires de la variation de l‘intensité lumineuse émise dans le plan transversal et dans le plan longitudinal du luminaire, ramené à un flux de 1000 lumens. Cette courbe permet d’apprécier la répartition dans l’espace des intensités lumineuses du luminaire, testé en laboratoire.

    UNIFORMITÉ
    C’est le rapport entre l’éclairement minimum et l’éclairement moyen sur une surface observé dans le cadre de l’étude d’éclairement.

    ÉCLAIREMENT
    C’est le flux lumineux reçu par une surface définie. Cette valeur permet de quantifier l’éclairage nécessaire à l’accomplissement d’un travail défini. Le lux est l’unité retenue. 1 lx = 1 lm/m²

    INTENSITÉ LUMINEUSE
    C’est la mesure du rayonnement lumineux émis par une source en une seconde dans une direction précise. La candela est l’unité retenue. (cd)

    LUMINANCE
    C’est l’intensité émise par une surface dans une direction donnée.
    La luminance correspond à la perception visuelle de l’éclat d’une surface. La candela est l’unité retenue. (cd.m-²)

    EFFICACITÉ LUMINEUSE D’UNE LAMPE
    C’est le rapport entre le flux émis par une source et la puissance consommée. Le lumen par watt est l’unité retenue. (lm/W)

    INDICE DE RENDU DE COULEUR (IRC)
    C’est la capacité d’une source de lumière à restituer les  différentes couleurs du spectre visible sans en modifier les teintes. L’IRC varie de 0 à 100.

    LE RENDEMENT D’UN LUMINAIRE
    Le rendement total ηt d’un luminaire est le rapport entre le flux lumineux émis par le luminaire et le flux lumineux des lampes.
    Il est d’autant plus bas qu’il y a des éléments (ventelles, globe opalin ou prismatique) devant les lampes afin d’éviter l’éblouissement ou pour favoriser l’esthétique.

    RENDEMENT DE 100% OU PLUS ?
    On voit des rendements de luminaires équipés de lampe T5 supérieurs à 100% et des rendements de luminaires à LED de 100%

    Explication LED :
    Le module LED fait partie du luminaire, il n’y a plus moyen de mesurer la source sans le luminaire donc on met le rendement à 100 %. Si un diffuseur est placé dans un luminaire à LED, la diminution du rendement du luminaire à LED peut être mesurée et le rendement sera alors inférieur à 100 %.

    Explication T5 :
    La lampe T5 a son flux maximal à 35 °C. La norme impose une température de 25 °C pour les tests en labo. Les fabricants utilisent un facteur de correction pour compenser cette différence de t° (car ils disent qu’à la lampe, il y aura bien les 35 °C.)

    photometrie1

  3. Luminaire Explications

    Luminaire Explications

    LA DISTRIBUTION LUMINEUSE D’UN LUMINAIRE
    La forme du réflecteur et la position de la lampe permettent d’obtenir différents modèles de distributions lumineuses :

    Distribution extensive : donne un éclairement uniforme, permet un espacement plus important des luminaires et accentue les contrastes au niveau du plan de travail.

    Distribution intensive : concentre le faisceau lumineux vers le bas. Ce mode d’éclairage est intéressant pour l’éclairage des travées de grande hauteur ou pour le travail sur écran.

    Distribution asymétrique : permet d’éclairer, par exemple, des surfaces verticales telles que des tableaux ou des murs.

    DistibutionLum1

    LA LUMINANCE MOYENNE D’UN LUMINAIRE
    La luminance moyenne (en cd/m²) d’un luminaire représente sa brillance et quantifie les risques d’éblouissement. Elle est définie en fonction de l’angle de vision du luminaire par rapport à la verticale (angle d’élévation).

    luminance

    Luminaire intérieur, coupe transversale et longitudinale

    Nous reprenons ces grandeurs sous forme de tableau ou sous forme d’abaque (dans le plan C90 en trait continu et dans le plan C0 en pointillés). Elles sont données soit pour la totalité du flux lumineux émis par les lampes (en lm), soit ramenés à 1 000 lm. Dans ce dernier cas, il faudra multiplier les valeurs par le flux lumineux des lampes /1 000 pour obtenir les valeurs réelles.

    L’ANGLE DE DÉFILEMENT D’UN LUMINAIRE
    L’angle de défilement d’un luminaire est l’angle sous lequel la source nue ne peut être vue par l’observateur. Il s’exprime en degrés. On parle d’angle de défilement dans la direction transversale et dans la direction longitudinale.

    LES PLANS DE COUPE D’UN LUMINAIRE
    Pour décrire les caractéristiques photométriques d’un luminaire, nous définissons différents plans « C » et angles « У » suivant lesquels on peut observer un luminaire.

    luminance_3D

    Plan longitudinal Plan transversal Plans diagonaux
    C90, C270 C0, C180 C30, C45, C60

    luminance_dessous  luminance_dessus  luminance_cote